• esenfr

Soutien psychologique aux patients atteints du pectus excavatum

Symptômes psychologiques du pectus excavatum :

La famille joue un rôle fondamental pour savoir si l’enfant accepte ou rejette la maladie. Il est important d’évaluer le besoin d’un soutien psychologique.

Souffrir du pectus excavatum peut nuire aux relations sociales de l’enfant, c’est pourquoi l’attention et le soutien sont essentiels pour avoir une vie sociale et personnelle complète.
Ce soutien doit absolument être apporté par la famille, mais l’aide d’un professionnel de santé ou d’un psychologue est parfois nécessaire.

Étude sur les problèmes psychosociaux liés au pectus excavatum. Université de Navarre

apoyopsicoComme nous l’avons déjà souligné, le soutien psychologique est très important chez les patients atteints du pectus excavatum. Il faut en être conscient, surtout dans le cas des adolescents ou des enfants et, si nécessaire, faire appel à un professionnel pour les aider.
Lors d’une étude réalisée par l’Université de Navarre, qui a analysé 13 articles au sujet des problèmes psychosociaux que peuvent présenter ces patients, les résultats suivants ont été tirés :

 

  1. Symptômes psychologiques du pectus excavatum : presque tous les patients atteints du pectus excavatum (95 %) souffrent d’un symptôme psychosocial.
  2. Les patients atteints du pectus excavatum et souffrant d’un symptôme psychosocial présentent une qualité de vie inférieure à celle des jeunes en bonne santé du même âge.
  3. La qualité de vie s’améliore considérablement après l’opération chez plus de 80 % des patients.
  4. Ces résultats ont été mis en évidence aussi bien chez les enfants que chez les adultes.
  5. Le type d’opération n’a pas d’influence sur l’amélioration de la qualité de vie.

 

Conclusions:

-Les seuls patients qui réalisent l’opération sont ceux qui présentent des symptômes physiques, même si les symptômes psychologiques sont la principale motivation de ces patients.

-Les problèmes psychologiques sont très fréquents et nuisent particulièrement à la qualité de vie, qui s’améliore considérablement grâce à la chirurgie réparatrice.

-Il convient de mettre en place de nouveaux critères d’indication chirurgicale du pectus excavatum, pour prendre en compte l’évaluation psychiatrique/psychologique du patient en tant qu’indication directe.

-L’objectif du traitement doit passer de « restauration fonctionnelle » à « restauration complète, physique et mentale » du patient.

Source: http://www.unav.edu/documents/29044/6293880/tt3-p2.pdf